Natural health

Inhalation : un processus millénaire contre les affections ORL

Inhalation : un processus millénaire contre les affections ORL

Procédé thérapeutique très ancien, l’inhalation agit directement sur les voies respiratoires et la sphère ORL avec une efficacité redoutable. Un geste simple pour contrer les maux pénibles de l’hiver. Reste à bien sélectionner ses huiles essentielles et à suivre quelques conseils pratiques.

L'inhalation sèche

L’inhalation sèche consiste à mettre quelques gouttes d’huile essentielle sur un mouchoir, un oreiller, un châle ou à même la peau (quand c’est possible) et d’en respirer l’odeur. Ce procédé, qui conjugue voie respiratoire, voie cutanée et odorat, est étroitement lié à l’olfactothérapie, la science qui étudie notamment l’influence des odeurs sur les émotions.

Elle ne doit donc pas être confondue avec l’inhalation humide qui fait l’objet de cet article.

Je me mets à l'olfaction en 10 étapes
Les bienfaits de l'olfactothérapie

L’inhalation humide

Pratiquée depuis des millénaires, l’inhalation dite humide consiste à verser quelques gouttes d’HE dans un bol d’eau chaude (mais pas bouillante) et à respirer la vapeur qui s’en dégage. La chaleur permet de libérer les principes volatiles qui pénètrent par les voies respiratoires supérieures et la sphère ORL.

L’action est donc plus forte que pour la diffusion classique, mais plus douce qu’avec l’aérosolthérapie par exemple.

Chauffer les huiles essentielles ?

Pas de panique, chauffer les huiles essentielles dans ce cas-ci n’en dénature pas les propriétés puisqu’on ne fait qu’inverser le processus qui a permis de les extraire (rappelons que la distillation s’effectue en faisant passer de la vapeur d’eau sur les plantes), et qu’elles ne sont en contact avec la chaleur qu’un temps assez court.

Techniques d’inhalation

  • Utilisez un inhalateur ou mettez votre tête au-dessus d’un bol d’eau chaude en vous couvrant d’une serviette (dans ce cas attention à bien protéger vos yeux).
  • Vous pouvez également utiliser un filtre à café dont vous coupez la base que vous placez à l’envers sur un bol tel un entonnoir, ce qui permet à la vapeur d’être canalisée vers votre nez et votre bouche.
  • Versez en moyenne 5 gouttes d’huile essentielle dans de l’eau non-bouillante. Les huiles essentielles n’étant pas solubles dans l’eau, elles vont flotter à la surface. Le volume d’eau n’a donc aucune importance. En revanche évitez de mettre trop d’huile essentielle.

Quelles huiles essentielles pour l’inhalation ?

Afin d’obtenir un résultat véritablement intéressant, il convient de mélanger les huiles essentielles en fonction de leurs spécificités : une pour ses propriétés expectorantes, une pour faciliter l’évacuation du mucus en le fluidifiant et l’autre pour ses vertus anti-infectueuses. Dominique Baudoux, pharmacien fondateur de Pranarôm, préconise donc de verser dans votre eau chaude :

Une version pratique ?

Utilisez les capsules d’inhalation bio à dissoudre , prêtes à l’emploi, développées par Pranarôm. Constituées d’huiles essentielles de Ravintsara, d’Eucalyptus globuleux, de Tea tree, de Palmarosa, de Menthe poivrée et d’Eucalyptus mentholé.

Conseils d'utilisation : 

  • Une capsule à diluer dans un inhalateur, maximum 3 fois par jour pendant 5 jours. 
  • Inhaler les vapeurs pendant 5 minutes maximum. 

En cas d'irritation cutanée, appliquer un peu d'huile végétale sur la zone sensible. Lire attentivement la notice avant utilisation. 

Trouvez le point de vente près de chez vous

Quelques précautions :

  • Toutes les huiles essentielles ne se prêtent pas au processus d’inhalation. Veillez surtout à ce qu’elles soient non-irritantes pour les voies respiratoires.
  • Les huiles essentielles contenant des phénols sont interdites à l’inhalation. Cela concerne notamment l’huile essentielle de Thym CT Thymol, l’Origan CompactLa Sarriette des Montagnes, le Giroflier (clous), la Cannelle de Ceylan ou encore le Basilic exotique.
  • L’inhalation étant un procédé très puissant veillez à bien protéger le contour du nez et de la bouche souvent irrités par les passages répétés de mouchoirs avec du beurre de Karité par exemple.
  • Certaines huiles essentielles peuvent être utilisées dès 3 ans.
  • L’inhalation est déconseillée à la femme enceinte ou allaitante.
  • Restez au chaud après une inhalation car la dilatation des voies respiratoires par la chaleur de l’inhalation risque de rendre très désagréable un contact avec l’ai froid.
  • Fermez les yeux lors de l’inhalation. Si vos yeux piquent, évitez de frotter avec de l’eau mais préférez une huile végétale comme l’amande douce ou l’huile de noyaux d’abricot qui viendra « diluer » l’huile essentielle.

Source :

  • Les Cahiers Pratiques d’Aromathérapie selon l’Ecole Française de Dominique Baudoux, septembre 2006

CONTINUE READING

Tea tree and lavender, active against LICE!

A scientific study proves the effectiveness of essential oils against lice

Inhale globose eucalyptus to reduce pain!

Soothe pain, with essential oils too! According to a study, inhaling the essential oil of globular eucalyptus reduces pain and reduces inflammatory reactions after total knee replacement! Let's discover how the subtle power of Essential Oils is able to alleviate the pain of suffering patients. Context : Total knee arthroplasty (TKA) is a surgical procedure that involves replacing the lower end of the femur and upper end of the tibia with artificial implants. Inflammation control and pain management are necessary for rapid recovery of functionality 2 . Neuropathic pain, unfortunately, responds little or not to analgesics such as paracetamol, nor to non-steroidal anti-inflammatories. The effectiveness of tramadol has been established mainly in sensory polyneuropathies and the effectiveness of strong opioids (morphine, methadone, etc.) has been established for peripheral neuropathic pain 2 . Eucalyptus globulus is very rich in 1.8 cineole. Oral administration of Eucalyptus globulus EO suppressed edema formation and reduced inflammation and pain in mice 3 . It appears that 1,8-cineole inhibits the secretion of cytokines by lymphocytes 4 . Eucalyptus EO was not only analgesic but reduced the formation of edema and the inflammatory reaction in rats subjected to the sensitivity of a hotplate 5 . Can we obtain the same results in patients who have undergone TKA? A randomized clinical trial 1 The following clinical study, conducted in 2013 by the Korean research team 'Yang Suk Jun et al 1 ', evaluates the effect of inhalation of Eucalyptus globulus EO on pain and inflammation in patients. having undergone TKA. Experimentation : Patients accepted for the study were divided into two groups who must inhale a solution placed on a gauze pad. This is placed between the nose and the philtrum (= dimple located in the middle of the upper lip ). Experimental Group 'Exp.' (n = 25), proceeds to an inhalation of a solution of 3% EO of globular Eucalyptus + 97% of HV of sweet almond for 30 min on 3 consecutive days, from the third day after the operation. Control Group 'Cont.' (n = 27), inhalation of sweet almond OV only. To study the effects of eucalyptus EO, before and after inhalation, Yang Suk Jun 1 's team examined the following parameters: pain (visual analog scale ' VAS Pain Score' ), blood pressure systolic ' sBP' and diastolic 'dBP', heart rate 'HR', concentration of C-reactive protein (CRP, produced by the liver and released into the blood following inflammation or infection ) and blood cell count whites.  Results which prove the action of Essential Oil on pain Results : General summary For pain, 'VAS' values ​​were significantly lower during all three days in the 'Exp.' group. than in the group 'Cont.' (Fig. a). Comparing these results to the studies of Santos and Rao 3 and Silva et al. 5 , we can say that the subjective pain-relieving effects of eucalyptus EO are due, at least in part, to eucalyptol (=1,8-cineole). Systolic 'sBP' and diastolic 'dBP' blood pressure were significantly lower in the 'Exp.' group. than in the group 'Cont.' (Fig. c and d). Eucalyptus EO could therefore promote relaxation by reducing sympathetic activity and increasing parasympathetic activity. Olfactory stimulation by eucalyptus EO modulated autonomic responses such as blood pressure via the central nervous system and the autonomic nervous system. For heart rate 'HR' (Fig. b), there is no significant difference between the two groups. For markers of inflammatory reactions, the concentration of C-reactive protein and the leukocyte count did not differ significantly between the 2 groups. However, comparisons before and after inhalation showed that white blood cell counts tended to be lower in the 'Exp.' group. than in the group 'Cont.' Conclusion : This study showed that inhalation of globular eucalyptus oil is effective in reducing subjective pain and lowering blood pressure in patients who have undergone TKA. The authors suggest that inhalation of eucalyptus EO can be used as a nursing intervention to relieve pain after TKA. The concentration of the eucalyptus EO and/or the frequency of application must be rechecked. To complete the action of your pain-relieving treatments, also discover the Aromalgic range of topical treatments which soothe quickly and well! References: 1 Yang Suk Jun et al. Effect of Eucalyptus Oil Inhalation on Pain and Inflammatory Responses after Total Knee Replacement: A Randomized Clinical Trial, Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine Volume 2013, Article ID 502727, 7 pages 2 F. Trouillet et al. Understanding pain after TKA. A distraught but supported patient, a disappointed but involved surgeon. Albert Trillat Center - North Hospital Group - Lyon 69004. 3 FA Santos and VS Rao, “Antiinflammatory and antinociceptive effects of 1,8-cineole a terpenoid oxide present in many plant essential oils,” Phytotherapy Research, vol. 14, no. 4, pp. 240–244, 2000. 4 UR Juergens et al. Inhibitory activity of 1,8-cineol (eucalyptol) on cytokine production in cultured human lymphocytes and monocytes. Pulmonary Pharmacology and Therapeutics, vol. 17, no. 5, pp. 281–287, 2004. 5 J. Silva et al. Analgesic and anti-inflammatory effects of essential oils of Eucalyptus. Journal of Ethnopharmacology, vol. 89, no. 2-3, pp. 277–283, 2003.