Le bois de rose est en danger ! Les mesures pour le préserver:

Depuis quelques années, le bois de rose est menacé d’extinction. Conscient de son rôle de leader en matière d’huiles essentielles, et fort de son amour des essences naturelles, Pranarôm a arrêté la commercialisation de cette HE pendant plusieurs années, le temps de trouver des solutions réalistes pour préserver cette matière première si précieuse.  

La maîtrise de toute la chaine de production

Afin d’assurer la qualité de nos huiles essentielles mais aussi le respect des cultures de nos matières premières, nous privilégions les rapports directs avec des partenaires sur le terrain plutôt que d’acheter des HE dans des banques. Il y a quelques années, les garanties de protection du Bois de rose menacée d’extinction n’étaient plus assurées. Ne souhaitant pas soutenir une production incitant à la déforestation ou à la contrebande, nous nous sommes mis à la recherche de solutions.

Le bois de rose (Aniba rosaeodora) est aujourd’hui un produit classé CITES III

Le CITES est une convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction. Elle a pour but de veiller à ce que le commerce international des spécimens d'animaux et de plantes sauvages ne menace pas la survie des espèces auxquelles ils appartiennent.

Plusieurs solutions :

Distiller la feuille de l’arbre

Notre laboratoire de recherche a constaté que les chromatographies de l’HE de feuilles de Bois de Rose et de l'HE de Bois de rose elle-même étaient très semblables, ce qui confère des propriétés quasiment similaires aux deux huiles essentielles ! C’est pourquoi, depuis mars 2015, Pranarôm ne commercialise que l’HE de feuille de Bois de rose provenant de surcroît de plantations et non de prélèvements dans la forêt amazonienne. Chromato bois de rose BOIS Chromatographie de l'HE de Bois de Rose - partie distillée : bois [caption id="attachment_5018" align="alignnone" width="450"]Chromato he bois de rose FEUILLE Chromatographie de l'HE de Bois de Rose - partie distillée : feuille

Remplacer le Bois de Rose par du Bois de Hô

Les deux huiles essentielles sont également très similaires d’un point de vue chromatographique. Certaines marques n’hésitent d’ailleurs pas à vendre le Bois de Hô comme du Bois de Rose exotique ! Pourtant il s’agit bien de deux espèces différentes. C’est pourquoi il est essentiel de veiller à bien lire les étiquettes et le nom lain (plus d’infos : https://www.pranarom.com/fr/aromatherapie-scientifique/les-huiles-essentielles).

Comparaison des deux HE

Le Bois de Rose, Aniba rosaedora var. amazonica fait partie de la famille des Lauracées et provient du Brésil, tandis que le Bois de Hô, Cinnamomum camphora CT Linalol s’apparente à la famille des Cinnamommum comme le Ravintsara et provient de Chine. Les HE de Bois de Rose et de Bois de Hô sont toutes les deux antiseptiques, toniques, antibactériennes, antifongiques, antivirales, et raffermissantes.

L’HE de Bois de Rose offre néanmoins quelques avantages supplémentaires puisqu’elle possède une odeur généralement plus appréciée, peut être utilisée en usage oral et est également stimulante cérébrale.

Bois de rose, l’huile essentielle des tout petits

Diluée à 30% dans une huile végétale, elle est une alliée « antivirale, antibactérienne »…à masser sur les plantes de pieds, le thorax ou sur le pourtour de l’oreille.

Quelques recettes du Dr Baudoux à réaliser avec l’HE de Bois de Hô OU de Bois de Rose :

  • Pour les infections respiratoires, buccales ou urinaires 2 gouttes HECT de Bois de Rose ou de Hô dans du miel, de l’huile végétale de Macadamia ou du sucre de canne sous la langue 3 fois par jour
  • Pour les infections urinaires ou gynécologiques, mélangez 2 à 3 gouttes HECT de Bois de Rose ou de Hô à deux gouttes d’huile végétale de Macadamia en application locale sur l’affection dermatologique ou sur le bas ventre.
Précautions :
  • Evitez les 3 premiers mois de la grossesse

[caption id="attachment_5022" align="alignleft" width="150"]bois-derose-bois Bois de Rose - partie distillée : le bois [caption id="attachment_5023" align="alignleft" width="150"]bois-derose-feuille Bois de Rose - partie distillée : la feuille [caption id="attachment_5024" align="alignnone" width="150"]he-bois-de-ho Bois de hô - partie distillée : le bois

CONTINUER LA LECTURE

L’aromathérapie au secours de la médecine

Dominique Baudoux, le fondateur de Pranarôm, est parvenu depuis 25 ans à redonner ses lettres de noblesse aux huiles essentielles grâce à la création d’un véritable laboratoire de recherche, de labels HECT et HACT, mais aussi grâce à la formation et à l’information. C’est pourquoi il parcourt le globe pour répondre aux questions des uns et des autres. Visionnaire et passionné, il nous livre quelques réflexions sur l’avenir de l’aromathérapie. andnbsp; Dr Dominique Baudoux Docteur en pharmacie, aromatologue Belge. Pourquoi toucher le grand public sur l’avenir de l’aromathérapie scientifique ? Après 25 années d'enseignement d'aromathérapie aux professionnels de la santé à travers le monde entier et autant de témoignages de leurs superbes activités, nous pouvons affirmer que les huiles essentielles sont connues de tous grâce à leur efficacité immédiate en de nombreux domaines. Elles séduisent énormément de consommateurs qui sont tentés de se lancer dans une automédication par ces quintessences végétales. Il y a, dès lors, un réel besoin de guider ces utilisations par la diffusion d'informations de qualité pour en percevoir tous les bénéfices sans éprouver d’effets secondaires. Les huiles essentielles sont-elles vraiment si efficaces au point qu'elles pourraient être considérées comme des médicaments ? Précisons d'emblée que d'anciens médicaments ne contenaient que des huiles essentielles comme principes actifs avant qu'ils ne cèdent la place aux molécules de synthèse chimique. C’est grâce aux nouvelles technologies analytiques que les mécanismes d'action des molécules contenues dans les huiles essentielles nous sont aujourd'hui très bien connus. Il ne s’agit plus simplement d'empirisme mais d’une vraie science dont le succès éclate au grand jour dans des domaines où le monde médical est en attente de solutions. Voulez-vous dire que les huiles essentielles pourraient remplacer les médicaments ? Bien que cette possibilité existe, il ne faut pas perdre de vue tous les bienfaits apportés par les médicaments de synthèse. Il est inutile de choisir entre le tout de synthèse et le tout naturel mais plutôt d’envisager le jour où les huiles essentielles seront associées au médicament pour en diminuer les effets secondaires néfastes et vaincre plus facilement la maladie. L'aromathérapie sera alors un moyen thérapeutique complémentaire. Les huiles essentielles seules représentent déjà un remarquable traitement alternatif aux médicaments si le patient en exprime le souhait. Quels sont les domaines touchés par l'aromathérapie scientifique ? De nouvelles pathologies virales, les nombreuses pathologies auto-immunes, les résistances de plus en plus nombreuses des microbes, les maladies liées à la pollution,… obligent le thérapeute à innover et à rechercher ce qui serait utile et efficace dans ces situations pour lesquelles le monde médical est actuellement sans réponses. L'aromathérapie apporte aujourd’hui des solutions très crédibles grâce à la recherche, aux publications, aux études cliniques et à notre approche rigoureuse et rationnelle. Pourquoi ce message vers le consommateur ? L'avenir de l'aromathérapie scientifique est le futur de la médecine. La conscience collective de l'intérêt des huiles essentielles dans l’accompagnement du patient est essentielle pour apporter un bien-être amélioré et un moyen efficace supplémentaire pour prendre en charge sa santé. Dominique Baudoux donnera une conférence sur ce thème ce 26 novembre 2016 à Gaillac. Plus d’infos : http://www.centre-odelys.fr/dr_dominique_baudoux/ andnbsp; andnbsp;

Reconnaître un véritable hydrolat aromatique en 6 points

L’hydrolat est une eau merveilleuse à utiliser dans son rituel quotidien et très complémentaire à l’usage des huiles essentielles. Cependant il peut être facilement dénaturé et nécessite une certaine vigilance dans le choix du produit. Le nom L’hydrolat est l’eau récoltée en même temps que l’huile essentielle (HE) lors de la distillation. On utilise 1 kg de plantes fraîches pour obtenir 1 litre d’hydrolat ou 1 kg de plantes sèches pour obtenir 5 litres d'hydrolat. Même si l’HE ne se mélange jamais à l’eau, ce qui permet de la récolter par entraînement de vapeur d’eau, certaines molécules hydrophiles se mélangent quand même, conférant des propriétés bien spécifiques à l’eau ainsi récoltée et formant l’hydrolat. Ces molécules hydrophiles apparaissent principalement en début de distillation. Le terme hydrolat aromatique est donc le seul à se référer au produit décrit plus haut.* Distillation des huiles essentielles et des hydrolats L’odeur Les hydrolats aromatiques ne possèdent pas la même odeur que les fleurs dont ils sont issus. Leur odeur est plus herbacée, plus terreuse, on sent davantage la plante que la fleur. Les hydrolats qui possèdent une odeur florale ne sont généralement pas 100% purs. Or, l’ajout de parfum dans l’hydrolat le dénature. La conservation Un hydrolat étant, comme son nom l’indique, composé majoritairement d’eau, sa stabilité est très difficile à préserver. C’est pourquoi il est courant d’ajouter des conservateurs, des stabilisants ou autres ce qui peut aisément se lire sur l’étiquette. Il est pourtant possible de conserver les hydrolats sans rien ajouter en créant un packaging approprié qui maintient l’hydrolat hors de la lumière et hors de tout contact avec l’air ambiant susceptible de le contaminer en faisant entrer les bactéries. Mais ce packaging est évidemment plus cher qu’un flacon classique : la meilleure formule étant un spray aérosol avec poche à air comprimé, sans gaz propulseur. Il permet une pulvérisation naturelle en brume légère à pénétration rapide tout laissant le produit intact. Sa traçabilité et son contenu Afin d‘offrir le meilleur de leur potentiel, les hydrolats ne doivent pas être dilués, même pas dans de l’eau, et être recueillis à un moment bien spécifique de la distillation, soit entre la 15e et la 30e minute. Une fois passé ce délai, les molécules aromatiques qu’ils contiennent sont plus diluées et leur efficacité s’en trouve amoindrie. [caption id="attachment_5050" align="alignleft" width="200"] Profil chromatographique de l’hydrolat de lavande vraie [caption id="attachment_5051" align="alignnone" width="200"] Profil chromatographique de l’huile essentielle de lavande vraie C’est pourquoi il est important de connaître l’origine de son hydrolat et sa contenance en molécules aromatiques, aujourd’hui possible grâce aux avancées technologiques en matière d’analyse. Celles-ci permettent une connaissance de la biochimie et de la concentration moléculaire de l’hydrolat, et donc d’identifier et de quantifier toutes les molécules qu’il contient, prouvant par là-même l’existence de ses propriétés. andnbsp; Le label de qualité HACT L’efficacité pour tous Un hydrolat récolté au moment adéquat, pur et naturel c’est-à-dire sans conservateurs ni ajouts d’aucune sorte donc non dilué et 100% bio, possède un profil chromatographique propre qui le différencie d’une HE mais lui confère des propriétés très intéressantes. Sa faible concentration en principes actifs (contrairement à l’HE où ils sont extrêmement concentrés), permet un usage sur les personnes sensibles comme les femmes enceintes, allaitantes, bébés, enfants ou personnes âgées. Sa teneur en eau permet également une excellente pénétration par la peau qui est également composée en majeure partie d’eau et de lipides qui attirent quant à eux les molécules aromatiques. --- A découvrir : andgt; Les hydrolats de Pranarôm