L'Eucalyptus a plus d'un tour dans son sac !

on peut inhaler l'eucalyptus radié ou globuleux en protégeant ses yeux "Bonjour ! Je voudrais de l'huile essentielle d'eucalyptus" "Certainement, mais de quel eucalyptus parlez-vous, madame ?" Ce petit échange pourrait avoir lieu dans la plupart des pharmacies de France et de Navarre... En effet, il y a plus d'une huile essentielle d'eucalyptus et il est intéressant de bien les différencier pour les utiliser à bon escient.

Eucalyptus radié, globuleux, mentholé, smithii ou citronné ?

Faisons un rapide panorama des huiles essentielles d'eucalyptus les plus courantes pour nous familiariser avec cette famille aromatique très intéressante en hiver.

L'eucalyptus radié (eucalyptus radiata)

[caption id="attachment_2681" align="alignright" width="150"] eucalyptus radiata C'est l'eucalyptus le plus connu et le mieux toléré. C'est à lui que vous pensez sans le savoir quand vous êtes au sauna ou au hammam. C'est lui que l'on retrouve en effet assez souvent dans ces endroits où sa fraîcheur et sa bonne odeur sont les bienvenues. L'eucalyptus radié est avant tout une huile essentielle qui dégage les voies respiratoires et qui assainit l'air. En effet, il contient du 1,8 cinéole qui est une molécule aromatique connue pour ses vertus expectorantes. L'avantage de l'eucalyptus radié est cependant qu'il est bien toléré et ne cause en général pas de spasmes lorsqu'il est inhalé. Egalement très bien toléré en dilution sur la peau, l'eucalyptus radié peut entrer dans des formules de baumes respiratoires pour enfants si il est bien dosé. Beaucoup de mamans le massent d'ailleurs dans une huile ou une crème sur les plantes des pieds des enfants en hiver. A noter, les aborigènes d’Australie utilisent les feuilles d'eucalyptus radié  à l’état frais pour panser leurs plaies. Une petite formule toute simple adaptée au massage des enfant dès 6 mois :

  • HECT eucalyptus radiata: 10 gouttes
  • HECT chamaemelum nobile (camomille) :  10 gouttes
  • HV de noyaux d'abricot : 50 ml

On masse les pieds ou le dos de l'enfant avec 4 ou 5 gouttes de cette huile de massage au coucher pour un sommeil sans encombres.

L'eucalyptus globuleux (eucalyptus globulus)

[caption id="attachment_2677" align="alignleft" width="150"] eucalyptus globulus Cet eucalyptus très commun et très répandu est plus expectorant que l'eucalyptus radié, et il est également réputé posséder plus de vertus assainissantes que le premier. On lui confère en effet dans certains ouvrages des propriétés antivirales, anti-bactériennes et anti-fongiques. Il est néanmoins moins bien toléré sur la peau et ne convient pas aux enfants en bas âge. Idéal pour la diffusion, on peut l'allier l'eucalyptus globuleux à d'autres eucalyptus pour assainir l'air d'une pièce à vivre, d'une salle de bain, d'une salle de soin ou de sport.  On le retrouve allié à de l'eucalyptus smithii dans le mélange d'huiles essentielles à diffuser  EUCALY'PLUS qui est absolument parfait pour la diffusion dans les pièces à vivre. andnbsp;

L'eucalyptus smithii (eucalyptus smithii)

[caption id="attachment_2678" align="alignright" width="140"] Un must pour la diffusion Moins souvent utilisé que les eucalyptus précédents, il est cependant très populaire en Angleterre où on lui attribue en marge de ses propriétés assainissantes et respiratoires une belle dimension énergétique pour les massages revitalisants.  Dans de tels massages, on l'allie à très faible dose à des agrumes tels que le pamplemousse ou à une faible dose d'épinette noire dans une huile végétale pour pratiquer un massage très tonique et anti-fatigue. Il est encore plus concentré que les eucalyptus radié et globuleux en 1.8 cinéole, ce qui en fait une huile essentielle réellement expectorante, parfois trop pour les personnes sensibles. On conseille de ne jamais l'ingérer et de ne pas l'utiliser sur les enfants ou les femmes enceintes. Il est cependant très bien adapté à la diffusion atmosphérique car son odeur est fraîche et très ronde, raison pour laquelle on le retrouve notamment dans le mélange pour diffusion EUCALY'PLUS de Pranarôm.

L'eucalyptus mentholé (eucalyptus dives)

Cet eucalyptus à l'odeur de menthe est un ovni. Il n'est pas vraiment expectorant et ne contient d'ailleurs par d'oxyde terpénique 1,8 cinéole. Il contient par contre une proportion importante de pipéritone, une molécule aromatique appartenant à la famille des cétones. Cela rend cette huile essentielle particulièrement adaptée aux soins à visée mucolytique ou lipolytique. [caption id="attachment_2679" align="alignleft" width="150"] eucalyptus dives Par exemple, on le retrouve en tant qu'ingrédient à faible dose dans des préparations pour apaiser les bronchites et les toux grasses, mais aussi dans des huiles de massage contre la cellulite ou les adiposités. Il peut aussi parfois être ajouté à un shampooing pour cheveux très gras. Attention, l'eucalyptus mentholé s'utilise avec beaucoup de précautions et ne convient ni aux enfants, ni aux femmes enceintes, ni aux épileptiques. andnbsp;

L'eucalyptus citronné (eucalyptus citriodora)

[caption id="attachment_2680" align="alignright" width="150"] eucalyptus citriodora Cet eucalyptus doit être considéré en marge des autres décrits plus haut. En effet, son profil biochimique est très différent et en fait une huile essentielle à visée anti-inflammatoire, antalgique et répulsive des moustiques (comme la citronnelle ;-) ) . Cette huile essentielle contient une part importante de citronnellal, un aldéhyde terpénique très négativant. On appelle parfois l'eucalyptus citronné le "pompier" de l'aromathérapie tant elle calme et apaise les zones enflammées. andnbsp; andnbsp; andnbsp;

CONTINUER LA LECTURE

Oncologie : traiter des ulcères du visage et du cou avec les huiles essentielles

En 2006, une étude clinique qui portait sur 30 patients atteints de tumeurs ulcéreuses a été menée afin de mesurer l'efficacité des huiles essentielles sur la réduction des mauvaises odeurs liées aux ulcères et sur la cicatrisation de ceux-ci. Les résultats de l'étude en question ont démontré que les huiles essentielles pouvaient être d'un secours précieux pour les soins apportés aux patients et pour leur entourage direct. Ceci explique sans doute l'intérêt croissant des services médicaux d'oncologie, de soins palliatifs et autres pour l'aromathérapie. Les huiles essentielles sont en effet des alliées de choix pour une thérapeutique douce qui allie plaisir olfactif et efficacité. Un résumé de l'étude s'impose... Une étude clinique : Sur base du pouvoir multiple des huiles essentielles, Warnke et al ont mené des essais thérapeutiques sur 30 patients à carcinome inopérable à cellules squameuses avec bactéries anaérobies, et ce dans six unités d’oncologie différentes. Les patients participants souffraient de cancers localisés sur les zones de la tête et du cou à ulcération nécrotique malodorante. Leur état leur imposait un isolement pour les soins, ce qui est souvent psychologiquement mal vécu. Ces essais ont mené à la publication de l'étude : P. H. Warnke et al. Antibacterial essential oils in malodorous cancer patients: Clinical observations in 30 patients. Phytomedicine 13 (2006) 463–467 Des antibiotiques et des huiles essentielles : Afin de lutter contre la prolifération bactérienne et les mauvaises odeurs de la putréfaction des ulcères, le groupe Warnke et al a opté pour un traitement local avec une synergie composée comme suit :  70 mg d’HE d’Eucalyptus (on ne précise pas lequel), 50 mg d’HE de Tea tree, 45 mg d’HE de Lemongrass, 45 mg d’HE de citron, 7 mg d’HE de feuilles de girofle, 3 mg d’HE de thym et une base d’éthanol à 40%. On associait à cela une  antibiothérapie orale. Des résultats positifs : Ces expérimentations cliniques ont confirmé l’effet antibactérien des huiles essentielles, mais aussi leur effet anti-inflammatoire. On a constaté également, à faible degré, une ré-épithélisation des ulcères néoplasiques faciaux des patients. Le plus grand bénéfice de ce traitement est cependant l’amélioration de la qualité de vie liée à une réduction des odeurs nauséabondes associées aux ulcérations. Au lieu d'être isolés comme d'habitude, les patients ont pu être suivis dans des conditions médicales régulières. Des images parlantes : Trois photos d'un patient montrent comment le traitement aux huiles essentielles a participé à l'amélioration très nette de l'ulcère : Le jour de la consultation, l’inflammation et l’excrétion purulente de la fistule surinfectée sont maximales. Les bords de la plaie sont rugueux. Un drain en coton est introduit par voie intra-orale jusqu’à la surface externe. début du traitement Après deux semaines et demie, la formation de pus est réduite significativement et l’odeur nauséabonde s’est résolue complètement. La fistule apparaît propre et le dépôt d’une couche de fibrine marque la guérison en seconde intention de la fistule. Le patient peut quitter l’hôpital et poursuivre l’aromathérapie avec son épouse à domicile. andnbsp; [caption id="attachment_2665" align="alignleft" width="100"] Fin des odeurs et apparition de fibrine Après six semaines de traitement par les huiles essentielles, la fistule est fermée. Cette évolution n’est pas commune dans les ulcérations néoplasiques. On note hélas à la huitième semaine un agrandissement de la tumeur le long de la voie empruntée antérieurement par la fistule. Malgré cela, la nouvelle fistulisation est restée cliniquement sans surinfection et l’odeur nauséabonde n’est pas réapparue. andnbsp; [caption id="attachment_2666" align="alignleft" width="100"] 8ième semaine andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; Photos extraites de la publication : (P.H. Warnke, E. Sherry, P.A.J. Russo, Y. Acil, J. Wiltfang, S. Sivananthan, M. Sprengel, J.C. Roldan, S. Schubert, J.P. Bredee, I.N.G. Springer. Antibacterial essential oils in malodorous cancer patients: Clinical observations in 30 patients. Phytomedicine 13 (2006) 463–467). andnbsp; Cette étude récente nous démontre une fois de plus l'efficacité des huiles essentielles en usage topique dans le traitement des plaies. On notera ici l'absence de lavande mais la présence de tea-tree, de citron et de lemongrass. Si l'aromathérapie scientifique vous intéresse, n'oubliez pas de vous former sérieusement au sein du Collège d'Aromathérapie Dominique Baudoux. Consultez le site du collège pour le programme des formations en Aromathérapie. andnbsp;

Dépression : La lavande et la bergamote pour traiter les patients anxieux ?

Les huiles essentielles viennent de prouver leur intérêt dans le traitement de personnes souffrant de ces troubles nerveux. En effet, la lavande vraie et la bergamote ont révélé un impact très positif sur les paramètres nerveux des personnes testées.