Santé au naturel

Inhalation : un processus millénaire contre les affections ORL

Inhalation : un processus millénaire contre les affections ORL

Procédé thérapeutique très ancien, l’inhalation agit directement sur les voies respiratoires et la sphère ORL avec une efficacité redoutable. Un geste simple pour contrer les maux pénibles de l’hiver. Reste à bien sélectionner ses huiles essentielles et à suivre quelques conseils pratiques.

L'inhalation sèche

L’inhalation sèche consiste à mettre quelques gouttes d’huile essentielle sur un mouchoir, un oreiller, un châle ou à même la peau (quand c’est possible) et d’en respirer l’odeur.

Ce procédé, qui conjugue voie respiratoire, voie cutanée et odorat, est étroitement lié à l’olfactothérapie, la science qui étudie notamment l’influence des odeurs sur les émotions.

Elle ne doit donc pas être confondue avec l’inhalation humide qui fait l’objet de cet article.

Je me mets à l'olfaction en 10 étapes

L’inhalation humide

Pratiquée depuis des millénaires, l’inhalation dite humide consiste à verser quelques gouttes d’HE dans un bol d’eau chaude (mais pas bouillante) et à respirer la vapeur qui s’en dégage.

La chaleur permet de libérer les principes volatiles qui pénètrent par les voies respiratoires supérieures et la sphère ORL.

L’action est donc plus forte que pour la diffusion classique, mais plus douce qu’avec l’aérosolthérapie par exemple.

Chauffer les huiles essentielles ?

Pas de panique, chauffer les huiles essentielles dans ce cas-ci n’en dénature pas les propriétés puisqu’on ne fait qu’inverser le processus qui a permis de les extraire (rappelons que la distillation s’effectue en faisant passer de la vapeur d’eau sur les plantes), et qu’elles ne sont en contact avec la chaleur qu’un temps assez court.

Techniques d’inhalation

  • Utilisez un inhalateur ou mettez votre tête au-dessus d’un bol d’eau chaude en vous couvrant d’une serviette (dans ce cas attention à bien protéger vos yeux) ;
  • Vous pouvez également utiliser un filtre à café dont vous coupez la base que vous placez à l’envers sur un bol tel un entonnoir, ce qui permet à la vapeur d’être canalisée vers votre nez et votre bouche ;
  • Versez en moyenne 5 gouttes d’huile essentielle dans de l’eau non-bouillante. Les huiles essentielles n’étant pas solubles dans l’eau, elles vont flotter à la surface. Le volume d’eau n’a donc aucune importance. En revanche évitez de mettre trop d’huile essentielle.

Quelles huiles essentielles pour l’inhalation ?

Afin d’obtenir un résultat véritablement intéressant, il convient de mélanger les huiles essentielles en fonction de leurs spécificités : une pour ses propriétés expectorantes, une pour faciliter l’évacuation du mucus en le fluidifiant et l’autre pour ses vertus anti-infectueuses. Dominique Baudoux, pharmacien fondateur de Pranarôm, préconise donc de verser dans votre eau chaude :

Une version pratique ?

Utilisez les capsules d’inhalation bio à dissoudre, prêtes à l’emploi, développées par Pranarōm. Constituées d’huiles essentielles de Ravintsara, d’Eucalyptus globuleux, de Tea tree, de Palmarosa, de Menthe poivrée et d’Eucalyptus mentholé.

Conseils d'utilisation :

  • Une capsule à diluer dans un inhalateur, maximum 3 fois par jour pendant 5 jours ;
  • Inhaler les vapeurs pendant 5 minutes maximum. 

En cas d'irritation cutanée, appliquer un peu d'huile végétale sur la zone sensible. Lire attentivement la notice avant utilisation. 

Quelques précautions

  • Toutes les huiles essentielles ne se prêtent pas au processus d’inhalation. Veillez surtout à ce qu’elles soient non-irritantes pour les voies respiratoires.
  • Les huiles essentielles contenant des phénols sont interdites à l’inhalation. Cela concerne notamment l’huile essentielle de Thym à Thymol, l’Origan Compact, la Sarriette des Montagnes, le Giroflier (clous), la Cannelle de Ceylan ou encore le Basilic exotique.
  • L’inhalation étant un procédé très puissant veillez à bien protéger le contour du nez et de la bouche souvent irrités par les passages répétés de mouchoirs avec du beurre de Karité par exemple.
  • Certaines huiles essentielles peuvent être utilisées dès 3 ans.
  • L’inhalation est déconseillée à la femme enceinte ou allaitante.
  • Restez au chaud après une inhalation car la dilatation des voies respiratoires par la chaleur de l’inhalation risque de rendre très désagréable un contact avec l’ai froid.
  • Fermez les yeux lors de l’inhalation. Si vos yeux piquent, évitez de frotter avec de l’eau mais préférez une huile végétale comme l’amande douce ou l’huile de noyaux d’abricot qui viendra diluer l’huile essentielle.

Quand avoir recours aux inhalations ?

L’aromathérapie et les huiles essentielles sont efficaces pour soigner les maux de l’hiver. N’attendez pas: démarrez les inhalations dès les premiers signes de refroidissement. Cette thérapie est simple, rapide, idéal pour les enfants de plus de 6 ans et les adultes (excepté les femmes enceintes).

Quelle huile essentielle pour quel symptôme ?

Nez congestionné ? L’Eucalyptus radié vous sera d’un précieux secours.

L’huile essentielle de Niaouli est anti-infectieuse et idéale pour les voies respiratoires.

Une toux grasse ? La Lavande aspic est à utiliser en inhalation ou en diffusion en cas de bronchite.

Peut-on mélanger les huiles essentielles pour des inhalations plus efficaces ?

L’inhalation humide véhicule les principes actifs dans toute la sphère ORL (nez, gorge, sinus, poumons). Créer une synergie de plantes permet un réel soulagement, à condition bien sûr de respecter les précautions d’emploi.

Un mélange d’huiles essentielles maison pour un rhume ?

Mélangez 60 gouttes de Pin sylvestre bio, 60 gouttes de Ravintsara bio et 40 gouttes de Menthe poivrée bio. Versez 10 gouttes de ce mélange dans l’inhalateur, ou à défaut dans un bol d’eau chaude. Inhalez les vapeurs pendant 5 minutes maximum. Appliquez un peu d’huile végétale sur les zones sensibles en cas d’irritation.

Source :

  • Les Cahiers Pratiques d’Aromathérapie selon l’Ecole Française de Dominique Baudoux, septembre 2006

CONTINUER LA LECTURE

Tea-tree et lavande, actifs contre les POUX !

Une étude scientifique prouve l'efficacité des huiles essentielles contre les poux

Inhaler de l'eucalyptus globuleux pour réduire la douleur !

Apaiser la douleur, avec les huiles essentielles aussi ! Selon une étude, l’inhalation de l'huile essentielle d'eucalyptus globuleux réduit la douleur et diminue les réactions inflammatoires après une arthroplastie totale du genou ! Découvrons comment le pouvoir subtil des Huiles Essentielles est capable d'atténuer la douleur de patients en souffrance. Contexte : L'arthroplastie totale du genou (ATG) est une procédure chirurgicale qui consiste à remplacer l’extrémité inférieure du fémur et extrémité supérieure du tibia par des implants artificiels. Le contrôle de l'inflammation et la gestion de la douleur sont nécessaires pour une récupération rapide de la fonctionnalité2. Les douleurs neuropathiques ne répondent, malheureusement, pas ou peu aux antalgiques tels que le paracétamol, ni aux anti-inflammatoires non stéroïdiens. L’efficacité du tramadol a été établie essentiellement dans les polyneuropathies sensitives et l’efficacité des opioïdes forts (morphine, méthadone...) est établie pour la douleur neuropathique périphérique2. L'eucalyptus globulus est très riche en 1,8 cinéole. L'administration orale de l’HE d’Eucalyptus globulus a permis la suppression de la formation d'œdème et la réduction de l'inflammation et de la douleur chez des souris3. Il semble que le 1,8-cinéole inhibe la sécrétion de cytokines par les lymphocytes4. L'HE d'eucalyptus était non seulement analgésique mais réduit la formation d'œdème et la réaction inflammatoire chez des rats soumis à la sensibilité d'une plaque de cuisson5. Peut-on obtenir les mêmes résultats chez les patients qui ont subi une ATG ? Un essai clinique randomisé1  L’étude clinique suivante, menée en 2013 par l’équipe de chercheurs Coréen ‘Yang Suk Jun et al1’, évalue l'effet de l’inhalation de l’HE d’Eucalyptus globulus sur la douleur et les inflammations chez des patients ayant subis une ATG. Expérimentation : Les patients acceptés pour l’étude ont été divisés en deux groupes qui doivent inhaler une solution déposée sur une compresse de gaze. Celle-ci est placée entre le nez et le philtrum (= fossette située au milieu de la lèvre supérieure). Groupe Expérimental ‘Exp.’ (n = 25), procède à une inhalation d’une solution de 3% d’HE d’Eucalyptus globuleux + 97% d’HV d’amande douce pendant 30 min sur 3 jours consécutifs, à partir du troisième jour après l’opération. Groupe Témoin ‘Cont.’ (n = 27), inhalation de l’HV d’amande douce uniquement. Pour étudier les effets de l’HE d’eucalyptus, avant et après l’inhalation, l’équipe de Yang Suk Jun1’ a examiné les paramètres suivants: la douleur (échelle visuelle analogique ‘VAS Pain Score’), la pression artérielle systolique ‘sBP’ et diastolique ’dBP’ , la fréquence cardiaque ‘HR’, la concentration de la protéine C-réactive (CRP, produite par le foie et libérée dans le sang suite à une inflammation ou une infection) et le taux des globules blancs.   Des résultats qui prouvent l'action de l'Huile Essentielle sur la douleur Résultats : Synthèse générale Pour la douleur, les valeurs ‘VAS’ étaient significativement plus faibles pendant les trois jours dans le groupe ‘Exp.’ que dans le groupe ‘Cont.’ (Fig. a). Comparant ces résultats aux études de Santos and Rao3 et de Silva et al.5, on peut dire que les effets subjectifs antidouleurs de l'HE d'eucalyptus sont dus, au moins en partie, à l’eucalyptol (=1,8-cinéole). La pression artérielle systolique ‘sBP’ et diastolique ’dBP’ étaient significativement plus faible dans le groupe ‘Exp.’ que dans le groupe ‘Cont.’ (Fig. c et d). L'HE d'eucalyptus pourrait favoriser donc, la relaxation en réduisant l'activité sympathique et en augmentant l’activité parasympathique. La stimulation olfactive par l'HE d'eucalyptus a modulé les réponses autonomes telles que la pression artérielle via le système nerveux central et le système nerveux autonome. Pour la fréquence cardiaque ‘HR’ (Fig. b), il n’y a pas de différence significative entre les deux groupes. Pour les marqueurs des réactions inflammatoires, la concentration de la protéine C-réactive et le taux leucocytaire, ne diffèrent pas significativement entre les 2 groupes. Cependant, les comparaisons avant et après l’inhalation ont montré que le nombre de globules blancs avait tendance à être plus faible dans le groupe ‘Exp.’ que dans le groupe ‘Cont.’ Conclusion : Cette étude a montré que l'inhalation de l'HE d'eucalyptus globuleux est efficace pour réduire la douleur subjective et baisser la pression artérielle des patients ayant subis une ATG. Les auteurs suggèrent que l'inhalation de l'HE d'eucalyptus peut servir à une intervention infirmière pour soulager la douleur après une ATG. La concentration de l'HE d'eucalyptus et/ou la fréquence d'application doivent être revérifiées. Pour compléter l'action de vos traitements anti-douleurs, découvrez aussi la gamme de soins topiques Aromalgic qui apaise vite et bien ! Références: 1Yang Suk Jun et al. Effect of Eucalyptus Oil Inhalation on Pain and Inflammatory Responses after Total Knee Replacement: A Randomized Clinical Trial, Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine Volume 2013, Article ID 502727, 7 pages 2F. Trouillet et al. Comprendre la douleur après PTG. Un patient désemparé mais accompagné, un chirurgien désappointé mais impliqué. Centre Albert Trillat - Groupement hospitalier Nord - Lyon 69004. 3F. A. Santos and V. S. Rao, “Antiinflammatory and antinociceptive effects of 1,8-cineole a terpenoid oxide present in many plant essential oils,” Phytotherapy Research, vol. 14, no. 4, pp. 240–244, 2000. 4U. R. Juergens et ali. Inhibitory activity of 1,8-cineol (eucalyptol) on cytokine production in cultured human lymphocytes and monocytes. Pulmonary Pharmacology and Therapeutics, vol. 17, no. 5, pp. 281–287, 2004. 5J. Silva  et al. Analgesic and anti-inflammatory effects of essential oils of Eucalyptus. Journal of Ethnopharmacology, vol. 89, no. 2-3, pp. 277–283, 2003.